Y aller

Jules Pendariès, Le répit du travailleur, 1907

Ajouté par Mairie de Paris

Jules Pendariès (1862-1933) met souvent en scène la classe ouvrière et les paysans, dans des scènes empreintes d’un sentiment de mélancolie. En cela, il participe d’un courant qui, notamment, en Italie ou en Belgique (chez Constantin Meunier) à la fin du XIXe siècle, insiste sur le coût humain du travail. Le corps, traité en nudité héroïque à l’exemple de la traditionnelle sculpture d’histoire, est puissant et énergique, le modelé simplifié et fluide, la scène privée d’anecdote, pour montrer que le travail est une lutte fatigante contre la nature.
Acquise au Salon de 1907 et déposée à la mairie du XVIIIe arrondissement, l’oeuvre est installée à cet emplacement en 1926. Elle rappelle la présence des nombreux métiers artisanaux du XIe arrondissement (céramique, mobilier, travail du métal), le quartier de la Folie-Méricourt regroupant notamment les bronziers et fondeurs. L’oeuvre fait d’ailleurs face à la Maison des Métallos, ancienne fabrique d’instruments de musique fondée en 1881 et fermée en 1936.

Adresse

94 rue Jean-Pierre Timbaud 75011 PARIS - France

Devenez Chevalier du patrimoine ! Chaque promenade avec Patrimap permet de gagner des points (un point par lieu visité). Plus on cumule de points, plus on progresse dans la hiérarchie de l'application. De « promeneur » on peut rapidement devenir : - Chevalier du patrimoine (100 points) - Officier du patrimoine (200 points) - Commandeur du patrimoine (500 points) - Grand officier du patrimoine (800 points) - Grand-Croix du patrimoine (1000 points) A chaque changement de grade, on reçoit un cadeau.

Vous êtes à 1920 mètres du lieu recherché. Encore un petit effort pour l'atteindre !